mardi 1 septembre 2015

La fin d'une épopée!

Et oui, c'est aujourd'hui que prend fin notre grande aventure d'école-maison puisque Marc-Alexandre quitte le nid cette année. 

Il a décidé de suivre les traces de sa soeur et d'entrer à l'école un an en avance par rapport à son âge (secondaire 3 au lieu de secondaire 2) et de s'inscrire au programme d'éducation international. Par contre, il a choisi d'entrer en secondaire 3 et non en secondaire 4 comme elle. En effet, Audray-Maude a trouvé stressant le début du secondaire 4 puisque tous les enseignants leur répétaient sans cesse que c'était LA grosse année du secondaire étant donné que les notes sont comptabilisées pour la côte R et que les examens du MELS comptent pour 50% des notes finales. Comme Audray-Maude n'avait jamais passé d'examen de façon officielle, ce fut une grande source de stress pour elle; surtout qu'elle aime bien performer. Marc-Alexandre a donc décidé d'entrer en secondaire 3 afin d'avoir un an pour s'acclimater à l'école avant que la pression s'intensifie. 

Nous sommes d'ailleurs mieux préparés cette fois (du moins, je l'espère). Nous savons maintenant qu'une intégration scolaire peut prendre plusieurs mois. En effet, Audray-Maude a eu besoin de 4 mois pour bien s'adapter aux rouages scolaires autant académiques que sociaux. Elle a toujours bien réussi mais il lui a fallu du temps pour trouver sa méthode d'étude. Elle a dû essayer différents moyens avant de trouver ce qui fonctionnait le mieux pour elle. Ce qui a été le plus difficile est sans contesté l'histoire qui demande beaucoup de mémorisation (ce que je trouve complètement inutile et sur quoi je n'ai jamais insisté pendant nos années d'école-maison). Elle a donc eu 50% à son premier examen d'histoire malgré le fait qu'elle avait étudié 20 heures. Elle a évidemment été très déçue de sa performance mais elle a persévéré et a modifié sa façon d'étudier par la suite. Elle a eu 65% au 2e examen, 72% au 3e et ainsi de suite pour terminer avec 82% à l'examen d'histoire du ministère. Comme l'examen du MELS compte pour 50% de l'année, ça lui a permis de remonter sa moyenne en histoire. Elle a d'ailleurs fini avec une moyenne générale de 89% pour toutes ses matières. En plus, comme elle est au PEI, en anglais "language art" et qu'elle a choisi physique et chimie comme cours à option de sec. 5, sa moyenne est majorée de 8% ce qui lui donne une moyenne générale de 97% pour son secondaire 4!!! Et dire qu'au début de l'année, nous nous demandions si nous n'avions pas fait une erreur en lui faisant sauter une année et en l'inscrivant au programme international ainsi qu'en maths fortes (SN)... Aussi, elle s'est méritée une mention d'honneur pour son engament social. Ça rassurera certainement tous ceux qui se sont inquiétés pour son développement social étant donné qu'elle était éduquée à domicile... ;-)

Je peux donc conclure, hors de toute doute, que l'école à la maison l'a bien préparé pour son insertion scolaire et que, même s'il lui manquait quelques compétences (ex : apprendre du "par coeur"), elle les a acquises par elle-même. J'espère donc que Marc-Alexandre aura un aussi beau parcours...

J'ai beaucoup apprécié nos années d'école-maison mais je suis heureuse de passer à autre chose, autant pour mes enfants que pour moi-même. 

Je ne croyais donc pas souffrir du syndrome du nid vide ce matin. Après tout, même lorsqu'ils sont à la maison, nos ados passent leurs journées dans leur chambre et moi, je travaille dans mon bureau. Je les vois donc très peu. J'ai alors été très surprise de sentir un petit pincement au coeur toute la journée et de devoir retenir quelques larmes à certains moments.

Mais quoi qu'il en soit, je suis très satisfaite du travail accompli et je suis convaincue que mes enfants sont bien outillés pour affronter le monde scolaire avec ses bons et ses mauvais côtés. 

Ce fut un plaisir de partager notre quotidien d'école-maison avec vous au cours des 10 dernières années mais il est maintenant temps de tourner cette page de notre histoire.

1 commentaire:

  1. Bonne continuation à ces jeunes étudiants et réussite, courage c'est vide en effet quand ils ne sont plus là, et dur dur de part et d'autres, mais bénéfique de couper le cordon ombilical aussi ,j'ai eu beaucoup de séparation du au problème scolaire dans mes jeunes années comme expats, et je peux comprendre . Courage!Bonjour belge

    RépondreSupprimer